Comment maîtriser les coûts du cloud

Lors des rencontres du cloud 2019, qui se sont tenues le 4 juillet, une table-ronde a fait le point sur la problématique des coûts du cloud, avec les témoignages de Bonduelle, Exide Technologies et Mappy. Bonduelle a fait le choix, il y a deux ans, de migrer 100 % de son Legacy chez Amazon, essentiellement pour des questions de Time to Market. « Avec le cloud, on gagne 30 % sur les coûts, mais il faut suivre de très près la consommation », précise Marie-Charlotte Bouchery, DSI de Bonduelle, qui a mis en place une démarche Finops. « Nous avons des règles d’or pour limiter les coûts, car l’agilité sans cadre coûte très cher. Par exemple on ne peut dépenser plus de 500 dollars par mois pour une sendbox qui ne doit pas être utilisée plus de deux semaines. Il faut plus généralement sensibiliser les utilisateurs des services dans le cloud, parce que ça coûte cher, notamment pour des applications de Big Data. » En termes d’économies, la DSI de Bonduelle, estime que les gains se réalisent principalement sur la maintenance, l’hébergement et les ressources humaines.

Sylvie Charissoux, CTO d’Exide Technologies, a rappelé que son entreprise, fabricant de batteries, a connu de nombreuses difficultés financières et a stoppé ses investissements. « Il nous fallait quand même gérer l’obsolescence de nos systèmes, en particulier des AS/400, d’où l’intérêt de migrer dans le cloud, avec des modèles financiers justifiés, basé sur du Pur Opex », explique-t-elle. Pour Sylvie Charissoux, le cloud permet, avec un engagement sur plus de cinq ans, de gagner jusqu’à 40 % sur les coûts.

Chez Mappy, la fermeture du datacenter a entraîné la migration de 4 500 serveurs chez Google et Azure : « Le premier mois, nous n’avions pas d’outils de monitoring pour identifier qui fait quoi, d’où des surcoûts de plusieurs dizaines de milliers d’euros, juste pour la phase de tests », explique Cyril Morcrette, CTO de Mappy. Depuis, l’entreprise a imposé des garde-fous, « en termes de courbe d’apprentissage sur le monitoring et de culture d’entreprise, pour préciser qui a le droit de faire quoi et comment on assure le monitoring. »

Laisser un commentaire